sobriété énergétique

La sobriété énergétique

Le secteur de l’énergie connaît actuellement une crise sans précédent : les ressources se font de plus en plus rares et la hausse du prix de l’énergie est incontrôlable. Comment y faire face ? La sobriété est considérée comme une réponse immédiate. La sobriété est la diminution des consommations d’énergie par des changements de mode de vie et des transformations sociales.

Le président français, Emmanuel Macron, a demandé, lors de son allocution du 14 juillet, de “rentrer collectivement dans une logique de sobriété”. Les directeurs de TotalEnergies, EDF et Engie ont eux aussi appelé dans une tribune à réduire nos consommations énergétiques car “chaque geste compte”. La Première ministre, Elisabeth Borne a annoncé lors de la première journée des universités d’été du MEDEF que face “aux menaces de pénurie de cet hiver, nous n’avons qu’une seule voie : la baisse de la consommation d’énergie.”

L’émergence de la sobriété dans le débat public est exposée comme LA solution à la crise énergétique mais qu’en est-il aujourd’hui ?

Les causes

Guerre Russie/Ukraine

Suite à la situation politico-économique actuelle entre la Russie et l’Ukraine, la hausse du prix de l’énergie ne fait que d’augmenter. La Russie a déjà coupé totalement l’approvisionnement de gaz  à 12 pays membres de l’Union européenne. Sous la menace de Moscou, il pourrait à long terme suspendre leur livraison de gaz à l’ensemble des pays européens.

Cette crise a mis en lumière notre fragilité en approvisionnement énergétique. L’hiver pourrait-être rude, sans chauffage et il faudra par conséquent rationner nos consommations et donc faire face à ce potentiel risque. 

Dépendance de l’Europe au gaz étranger

La France et l’Europe basculent brutalement d’une situation où la sécurité d’approvisionnement énergétique semblait acquise à un état de crise qui contraint à la sobriété. 

Le 26 juillet dernier, à l’issue du conseil des ministres européens de l’énergie, l’ensemble des pays européens se sont mis d’accord pour réduire de 15% leur demande en gaz naturel au cours des huit prochains mois, par rapport à la moyenne des cinq derniers hivers. L’objectif est d’essayer de passer l’hiver dans de bonnes conditions et de remplir les réserves de gaz pour l’hiver suivant. La mesure concerne les entreprises et les administrations. Les ménages ne devraient pas être concernés.

coupure de gaz Gazprom

La France et son plan de sobriété énergétique

La France est aujourd’hui le seul pays de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) à avoir inscrit la sobriété dans sa loi sur la transition énergétique. Avec la situation actuelle, le plan de sobriété énergétique de la France est clair : arrêter dès maintenant toutes les consommations d’énergie qui ne sont pas indispensables. L’objectif est de “préférer les économies choisies plutôt que les coupures subies” comme évoqué par Elisabeth Borne lors de la première journée des universités d’été du MEDEF). 

Circulaire du plan de sobriété énergétique de la Première Ministre Elisabeth Borne

Dans le contexte de changement climatique et la crise énergétique actuelle, la transition énergétique de la France est plus que jamais la priorité. Cette transition passe par de nouvelles habitudes et des comportements durables et sobres. C’est pour cette raison que la Première Ministre, Elisabeth Borne a demandé de faire un “effort sans précédent en matière de transition énergétique”. Pour montrer l’exemple, l’État, les administrations et les ministères sont les premiers concernés. La Première Ministre a transmis à l’ensemble des ministres et secrétaires d’État, le 25 juillet, la circulaire n° 6363-SG du 25 juillet, les appelant à contribuer à la sobriété énergétique au sein de leur organisation.

Stratégie énergétique française

La stratégie énergétique française, annoncée par le Président de la République à Belfort en février dernier, repose sur quatre piliers :

  • la sobriété énergétique, c’est-à-dire consommer moins ;
  • l’efficacité énergétique, c’est-à-dire consommer mieux;
  • l’accélération du développement des énergies renouvelables (EnR) ;
  • la relance de la filière nucléaire française.

 L’État a déjà donné sa feuille de route. Dans les bâtiments publics, conformément à la loi, le chauffage des bâtiments sera limité à 19 degrés et la climatisation ne sera mise en marche qu’à partir de 26 degrés. Le forfait mobilité durable pourra être cumulé avec le remboursement partiel d’un abonnement de transports en commun. La limitation de vitesse sur l’autoroute dans le cadre des déplacements professionnels des agents va être expérimentée et le télétravail renforcé. La stratégie d’achats de l’État va également prendre en compte le critère environnemental dans l’attribution d’un marché public. Courant septembre, le gouvernement présentera un projet de loi d’accélération de la transition énergétique avec deux textes distincts : le premier sur l’accélération des énergies renouvelables (éolien offshore, photovoltaïque, biométhane…) et le second, un peu plus tard, sur le volet nucléaire.

Plan sobriété pour les entreprises

Collaboration avec les différents secteurs

La France souhaite organiser la sobriété de manière collective afin d’éviter que “des coupures brutales de gaz aient lieu, du jour au lendemain, avec de graves conséquences économiques et sociales” pour l’ensemble des Français, rappelait la Première Ministre. 

L’État travaille étroitement avec les collectivités locales, les partenaires sociaux, les établissements qui reçoivent du public (ERP), les centres commerciaux, la grande distribution, le secteur du logement mais aussi du tourisme pour préparer son plan de sobriété. Ce plan sera découpé en plusieurs volets, chacun dédié à un secteur. En concertation avec les acteurs de tous les secteurs d’activité, différentes mesures concrètes devront émergées pour diminuer les consommations d’énergie. 

L’objectif de ce plan : 

  • Réduire de plus de 10 % la consommation d’énergie en deux ans. 
  • Sortir de sa dépendance aux énergies fossiles
  • Réduire de 60% la consommation d’énergie des bâtiments de + 1000 m2 d’ici 2050 pour réaliser les objectifs du Décret Tertiaire.

Conformez-vous à la réglementation !

En savoir plus sur le Décret Tertiaire

Dès le mois de septembre, des premiers cycles de discussions et de négociations pour trois premiers secteurs clés auront lieu :

  • La forêt, pour préserver la biodiversité et les puits de carbone.
  • L’eau, pour mieux lutter contre les gaspillages, prioriser nos usages et faire évoluer certaines des pratiques agricoles.
  • La production d’énergie décarbonée, autour du nucléaire et des énergies renouvelables.

Au tout début de l’automne, une feuille de route de sobriété énergétique sera présenté à l’ensemble des Français par la Première Ministre. Un suivi régulier sera mis en place pour voir l’état d’avancement des différentes actions mises en place. 

Les entreprises doivent établir leur propre plan de sobriété énergétique 

Le lundi 29 août, lors de la première journée des universités d’été du MEDEF, la Première Ministre a demandé fermement aux entreprises de redoubler d’efforts pour réduire leurs consommations d’énergie avec des mesures supplémentaires. Les entreprises sont donc amenées à  établir leurs  plans de sobriété jusqu’à fin septembre. La désignation d’un ambassadeur de la sobriété énergétique dans chaque entreprise serait même proposée. Si les entreprises ne font pas d’efforts, la Première Ministre indique que le gouvernement sera amené à  “imposer des baisses de consommation” et ” les entreprises seraient les premières touchées”.

Les solutions

Plan de l’Agence Internationale de l’Energie (IEA)

Afin de réduire notre empreinte carbone et limiter nos consommations d’énergie, le 18 mars dernier, l’IEA, organisation mondiale fondée par l’OCDE a présenté un plan en dix points pour réduire notre consommation de pétrole. Si ce plan d’actions de sobriété était appliqué, ce seraient environ 2,7 millions de barils (la moitié de la demande mondiale de brut) qui seraient économisés par jour.

 

Faire confiance à des entreprises innovantes 

La sobriété énergétique ne peut pas se faire toute seul, c’est un travail collaboratif. Pour éviter les surconsommations, il faut se doter d’outils innovants. 

Zéro Wattheure accompagne les acteurs publics comme privés à rendre leur patrimoine plus sobre et durable à l’aide de solutions innovantes éliminant les consommations superflues, sans avoir besoin d’envisager de travaux. Au-delà d’avoir des consommations d’énergie plus justes et justifiées, ces solutions permettent des économies financières, de respecter les réglementations mais aussi et surtout de minimiser son impact environnemental pour préserver les ressources naturelles en agissant de façon plus sobre.